Amour et handicap

Avoir une vie amoureuse et sexuelle est un droit fondamental pour tous et constitue un facteur d’épanouissement et de bien-être. Chacun d’entre nous peut y prétendre. Tu te poses des questions sur ce qui est possible pour toi malgré ton handicap ? Infor Jeunes tente de t’apporter quelques éclaircissements.

Quels sont tes droits ?

Peu importe ton âge ou ton handicap, tu as le droit de recevoir une éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle. C’est ce qu’on appelle l’EVRAS. Ton établissement scolaire ou l’institution dans laquelle tu évolues se doit de mettre en place des activités de ce type telles que l’organisation de groupes de parole. Il se doit aussi t’orienter vers une personne compétente si tu t’interroges sur ces sujets.

Que tu sois mineur âgé de plus de 16 ans (âge de la majorité sexuelle), sous administration de bien et/ou de la personne ou majeur, tu as le droit de te faire des amis et de rencontrer quelqu’un avec qui partager une relation amoureuse.

Si tu es sous administration de biens et/ou de la personne (anciennement sous minorité prolongée), tu pourrais avoir besoin de l’accord de ton administrateur et/ou de ta personne de confiance pour certains actes comme par exemple le consentement lors du mariage ou de la cohabitation.

Comment rencontrer quelqu’un ?

Comme tout le monde, tu as le droit de te faire des amis et d’entretenir une relation amoureuse avec une personne de ton entourage. En effet, tu peux garder l’œil ouvert et faire de belles rencontres dans ton établissement scolaire ou encore dans tes lieux de loisirs.

Les sites de rencontres peuvent aussi être une voie d’entrée pour faire des rencontres. Il existe des sites spécialisés pour personnes en situation de handicap tels que Dottie. Tu seras peut-être plus à l’aise pour entrer en contact et parler de ta situation.

Des speed-dating et thés dansants pour personnes en situation de handicap s’organisent également dans la plupart des régions. N’hésite pas à te renseigner sur ce qui est organisé dans ta commune.

Enfin, il existe différents évènements qui peuvent te permettre de rencontrer de nouvelles personnes tels que le salon « Envie d’amour » qui se déroule un an sur deux. Tu auras l’occasion d’y découvrir différents services et professionnels spécialisés dans la thématique de l’amour et du handicap.

Vers qui te tourner pour en parler ?

Il existe différents professionnels que tu peux contacter pour aborder les questions de vie relationnelle et sexuelle. En effet, tu peux te tourner vers un sexologue ou un psychologue spécialisé. Tu peux également t’adresser à un centre de planning familial afin de rencontrer le bon professionnel qui pourra t’écouter et répondre à toutes tes questions.

Si tu es entouré de professionnels tels que des éducateurs ou des infirmiers, n’hésite pas à leur demander de t’orienter vers un spécialiste adapté à tes besoins.

Plus d’infos ?

https://www.aviq.be/handicap/AWIPH/projets_nationaux/enviedamour/envie-d-amour.html

https://www.aviq.be/handicap/pdf/documentation/publications/informations_particulieres/charte_agir_juridiques-ACCOK.pdf

https://www.dottie.be/fr/site-de-rencontre-pour-personnes-en-situation-de-handicap

https://www.psytoyens.be/informer/ressources/loi-administration-des-biens-et-de-la-personne/

http://www.loveattitude.be/

#amour, #handicap

La contraception sans hormones

Certaines femmes sont réticentes à l’idée de prendre la pilule comme moyen de contraception principalement à cause des effets secondaires tels que : diminution de la libido, sensibilité de la poitrine, rétention d’eau, gonflement, prise de poids ou encore changement d’humeur. Infor jeunes te propose un focus sur les diverses méthodes contraceptives sans hormones qui… Lire la suite

The post La contraception sans hormones appeared first on Infor Jeunes.

#contraception

Comment faire son coming out ?

« Coming out » désigne le moment où la personne homosexuelle ou bisexuelle dévoile son orientation sexuelle à son entourage. L’expression qui vient des Etats-Unis, est un terme abrégé de « to come out of the closet » qui se traduit par « sortir du placard ». Franchir le pas peut-être rapide et facile pour certains, ou plus long et plus difficile pour d’autres. Clément, 19 ans, partage son parcours et son vécu : « C’est à 15 ans que j’ai compris mon homosexualité. Dans un premier temps j’ai été très réticent d’en parler, j’avais beaucoup de peur et d’appréhension vis-à-vis du regard des autres». Infor Jeunes espère que son témoignage pourra t’éclairer si tu es toi-même concerné par un « Coming out ».

Qu’est ce qui t’a incité à en parler ?

Mon mal être devenait insupportable, avec une grande sensation de solitude. Je me renfermais sur moi-même, en profonde recherche identitaire. J’avais aussi la sensation de mentir aux gens, de ne pas être vrai en leur cachant qui j’étais.

À qui as-tu choisi de te confier ?

C’est après 1 an que j’en ai parlé à un ami proche en qui j’avais grande confiance. Je me sentais bien avec lui car il ne m’a jamais jugé et a été honnête en me donnant sincèrement son avis. Il a été très présent pour moi.

As-tu consulté un spécialiste pour t’aider à faire ton « Coming out » ?

Non, je n’ai pas cherché une aide particulière avant l’annonce de mon orientation sexuelle. Cependant, j’ai demandé de l’aide après pour m’aider à m’accepter et travailler sur mon appréhension du regard des autres.

Quel a été le rôle de ta famille, de tes proches, de tes amis ?

Mes parents et mes trois frères ont été dans les premiers à savoir, ils ont été et sont toujours très protecteurs envers moi. Mon parrain et ma marraine m’ont également beaucoup soutenu.

Mes amis ont joué un rôle différent, ça dépendait de chacun, mais tous ont été positifs. J’en ai parlé petit à petit, à l’un puis à l’autre. Certains ont été d’une grande écoute qui m’a été précieuse.

Comment cette annonce a-t-elle été ressentie, chez toi et chez les autres ?

Je me suis libéré d’un poids énorme, mais il m’a fallu cheminer, parce que le fait d’en parler me faisait réaliser vraiment mon homosexualité. J’ai dû faire tout un travail sur moi-même pour l’admettre et pour gérer la peur de ne pas être reconnu et accepté tel que je suis par mes proches.

Certains proches ont été surpris par ma révélation, d’autres ont plutôt bien réagi ou certains encore ne s’en sont pas trop préoccupé. Mon « Coming out » a néanmoins soulevé certains questionnements dans mon entourage : Est-ce que j’étais sûr de moi ? Est-ce que ce n’était pas seulement une phase passagère de recherche d’identité ?

Selon toi, ton « Coming out » a-t-il été effectué au bon moment ?

Je pense l’avoir fait au moment opportun face à mon ressenti. Je n’ai ni calculé ni planifié le moment où chacun allait apprendre mon homosexualité. J’ai pris le temps et je ne l’ai annoncé que lorsque j’en ai senti le besoin, l’envie et la force nécessaire pour le faire.

Si tu avais un ou des conseils à donner à un jeune qui se questionne par rapport à son « Coming out » ?

D’abord il ne faut pas se sentir obligé de le faire. Il faut prendre le temps de se comprendre et de se connaître soi-même. Il n’y a pas de bons ou de mauvais moments, c’est vraiment en fonction de toi, de ta personnalité, de tes sentiments.

Mon copain qui vit en Inde, dans une société qui a d’autres valeurs, d’autres façons de penser, a décidé de n’en parler à personne. Il cache donc son homosexualité et attend le moment où il se sentira prêt à en parler. Et ce n’est pas une question d’âge, car il est quelques années plus âgé que moi.

Les peurs et les appréhensions sont normales, mais ce qui est très important à retenir c’est que tu n’es JAMAIS SEUL, je le certifie, je l’ai vécu. Des amis, des proches, des associations, des personnes extérieures, beaucoup sont disponibles pour t’aider, te soutenir et t’accompagner.

Moi-même je suis dispo pour discuter si tu le souhaites. N’hésite donc pas à demander mes coordonnées à Infor Jeunes Malmedy.

Plus d’infos ?

www.arcenciel-wallonie.be = Fédération des Maisons Arc-en-ciel – pour trouver un environnement amical où  tomber le masque, acquérir plus de confiance en toi, restaurer ton estime de soi, obtenir des informations sur tes droits, ou tout simplement aller à la rencontre des autres.

www.lescheff.be = Fédération regroupant 7 pôles régionaux dont la mission est d’aider, d’écouter et d’accueillir des jeunes LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Trans et +)

www.telsquels.be = Association pluraliste ayant pour objet l’information homosexuelle, et la défense des lesbiennes, gays, bisexuels, trans.

#coming-out, #lgbt

Les règles du #JDIWI expliquées par GuiHome !

JDIWI ou comment savoir si une personne souhaite avoir un rapport sexuel ? 

#JDIWI ce sont 10 règles très simples à appliquer à chaque fois que tu veux passer à l’acte. GuiHome te les explique à sa manière, pour que désormais, le consentement n’ait plus aucun secret pour toi, car quand c’est pas oui, c’est non !

Source : https://www.amnesty.be/campagne/droits-femmes/viol/jdiwi

#consentement, #sexualite