Phishing : attention aux données personnelles que vous partagez sur Internet

Internet regorge d’arnaques en tout genre et aujourd’hui on parle du phishing, a.k.a hammeçonage. Mais Kesako ? Comment les arnaqueurs s’y prennent-ils ? Comment l’éviter ? Que faire si tu en es victime ? Cet article fait le point pour que t’y vois un peu plus clair.

Source : Phishing : attention aux données personnelles que vous partagez sur Internet : Femme Actuelle Le MAG

#cybercriminalite, #nouvelles-technologies, #reseaux-sociaux

L’addiction à facebook expliquée en 3 minutes… |Francetv info

Cette vidéo t’explique en 3 minutes comment l’algorithme de Facebook te rend accro à ton fil d’actu !

Source : L’addiction à facebook expliquée en 3 minutes… | Dans vos têtes | Francetv info

#algorithme, #nouvelles-technologies, #reseaux-sociaux

Étudiants, qu’ont-ils à faire sur LinkedIn ? 

Bien que convaincus de la nécessité d’être présents sur le réseau social LinkedIn, bon nombre d’étudiants ne savent pas quoi y mettre.   Cette circonspection les amène à l’utiliser a minima; en se contentant copier/coller leur CV.

Des recherches ont prouvé l’impact positif de la présence sur LinkedIn sur la carrière professionnelle.  Encore faut-il que son utilisation en soit pertinente.  Voici 3 objectifs pour t’aider à optimiser ta présence sur ce réseau professionnel.

  1. Se différencier: ton profil n’est pas une copie de ton CV. Certaines rubriques sont sous-utilisées alors qu’elles permettent de te différencier des autres utilisateurs du réseau social
  2. Dynamiser sont profil: il faut utiliser le réseau de manière active en nouant des contacts, participant à des groupes, postant des contenus sur tes sujets d’intérêts professionnels…
  3. Gérer sa réputation: plus encore que le nombre de personnes faisant partie de ton réseau c’est sa diversité et son engagement (commentaires, réactions…) à l’égard de tes contenus qui contribueront à la construction d’une e-branding susceptible de te faire repérer.

A lire : Étudiants, qu’ont-ils à faire sur LinkedIn ? | Les Echos Start

#recrutement, #linkedin, #reseaux-sociaux

Gaspillage alimentaire : 15 applis pour passer à l’action au quotidien

Un tiers des aliments sont produits… pour rien! Certains sans même avoir été déballés! A Bruxelles ce ne sont pas moins de 25000 tonnes de produits alimentaires qui finissent chaque année à la poubelle.  Chaque ménage bruxellois en jette en moyenne 15 kg/an.  Ce qui représente 3 repas par jour pour 30000 personnes pendant un an!

Ecoeuré.e? Suis le lien ci-dessous ↓ et découvre comment réduire le gaspillage à ton échelle… tout en faisant des économies!

A lire : Gaspillage alimentaire : 15 applis pour passer à l’action au quotidien | Les Echos Start

#application, #consommation, #gaspillage

Le dropshipping : focus sur cette pratique qui flirte avec l’arnaque

Tu as peut-être déjà entendu parler du dropshipping, une pratique commerciale qui se développe de plus en plus sur internet, notamment chez les influenceurs, via les réseaux sociaux. Mais tu ne sais pas forcément ce qu’il se cache derrière … Cela serait pourtant intéressant de le savoir puisque cette pratique n’est pas sans risque. Faisons donc le point sur ce que c’est concrètement !

C’est quoi, exactement ?

Il s’agit d’une pratique de vente en ligne dans laquelle trois acteurs entrent en jeu :

  • Le fournisseur, qui propose des produits ;
  • Le revendeur ou dropshipper, qui vend les produits du fournisseur ;
  • Le client, qui achète les produits.

Jusque là, rien de bien différent de la vente habituelle. Mais la particularité du dropshipping, c’est que le revendeur ne gère pas les stocks et que les produits sont livrés directement par le fournisseur. Donc finalement, le dropshipper est un intermédiaire et a pour seule mission de promouvoir et vendre le produit du fournisseur plus cher pour récupérer une marge.

Ce business est une pratique intéressante pour les dropshippers, qui peuvent faire de la vente en ligne sans devoir gérer les aspects logistiques, les stocks ou encore l’envoi du produit. Néanmoins, le dropshipping n’est pas toujours avantageux, que ce soit pour le client ou encore pour le revendeur.

Une pratique qui n’a pas que des avantages

Le principal inconvénient pour le dropshipper, c’est qu’il est le seul responsable des commandes de ses clients. En effet, le contrat de vente est conclu entre le client et lui-même. Ce qui implique que le fournisseur n’y apparait pas et que s’il n’honore pas les commandes ou encore la qualité de produit, c’est le revendeur qui aura des problèmes avec ses clients.

Si tu souhaites être dropshipper, garde donc bien à l’esprit qu’il est essentiel de travailler avec des fournisseurs de confiance ! Si tu as un doute concernant un fournisseur, évite donc de collaborer avec lui.

Gare aux arnaques !

Ce système peut également avoir des inconvénients pour les clients, qui peuvent parfois payer le produit beaucoup plus cher que s’ils l’avaient acheté sur le site du fournisseur directement. De plus, le dropshipper ne connaît pas forcément le produit ou encore sa qualité, ce qui peut se répercuter sur le client.

La pratique du dropshipping est légale si les dropshippers sont déclarés en tant qu’entreprise ou en freelance. Mais malgré que ce soit légal, cela n’empêche pas les arnaques ! En effet, certains sites de dropshipping avancent de fausses informations ou rendent les conditions de remboursement ou de retour impossibles. Par exemple, la plupart de ces sites proposent des produits soldés et indiquent parfois qu’un produit ne peut être remboursé s’il est soldé. De plus, bon nombre de ces sites ont une très courte vie : ils disparaissent après quelques semaines ou mois et il est donc impossible de les retrouver si tu n’as pas reçu ta commande.

On le sait, les influenceurs ont, comme leur nom l’indique, beaucoup d’influence sur leur communauté. Or, quand ils participent à ce type de ventes, les moins scrupuleux d’entre eux pourraient aller jusqu’à avancer de fausses informations, précisément pour inciter davantage à l’achat en laissant croire que l’offre est incomparable : fausses promotions, qualité inférieure à ce qu’ils prétendent, mensonges sur la provenance du produit ou sur l’état de leur stock, etc.

Comment flairer les mauvais plans ?

Voici quelques conseils pour reconnaitre les sites de dropshipping, ce qui pourra te permettre de redoubler de prudence :

  • Ils proposent pratiquement toujours de très grosses soldes, pouvant aller jusqu’à 70 ou 90%.
  • Ils présentent souvent la même structure de site, ils se ressemblent tous.
  • Tu peux facilement les détecter en réalisant une recherche d’image en faisant un clic droit sur l’image du produit et en cliquant sur « rechercher une image avec Google ». En faisant cela, tu tomberas sur plusieurs liens qui vendent le même produit et notamment sur les sites des fournisseurs où les produits sont vendus moins cher.
  • Le délai de livraison est généralement très long, 3 ou 4 semaines, ce qui signifie par ailleurs qu’il y a de fortes chances que ton produit provienne de Chine !

Finalement, la meilleure chose à faire est d’être vigilant et de ne pas te précipiter dans tes achats. Méfie-toi également des bons plans que les influenceurs peuvent proposer, surtout quand ça à l’air trop beau pour être vrai !

#consommation, #dropshipping

Militantisme en ligne : Comment les cyberactivistes surfent sur la culture web et la viralité

“Avec le poids grandissant des réseaux sociaux et l’émergence de nouvelles plateformes, le militantisme en ligne s’est amplifié ces dernières années, et a pris de nouvelles formes”. Cet article porte sur “la façon dont certains cyberactivistes s’appuient sur la viralité des réseaux sociaux” pour atteindre leurs objectifs : opérations coordonnées, hashtags détournés, mèmes…

Source : Militantisme en ligne : Comment les cyberactivistes surfent sur la culture web et la viralité

#nouvelles-technologies, #numerique, #reseaux-sociaux

Les règles du #JDIWI expliquées par GuiHome !

JDIWI ou comment savoir si une personne souhaite avoir un rapport sexuel ? 

#JDIWI ce sont 10 règles très simples à appliquer à chaque fois que tu veux passer à l’acte. GuiHome te les explique à sa manière, pour que désormais, le consentement n’ait plus aucun secret pour toi, car quand c’est pas oui, c’est non !

Source : https://www.amnesty.be/campagne/droits-femmes/viol/jdiwi

#consentement, #sexualite

Influenceur, nouveau métier du web. Quel statut professionnel ?

Ces dernières années, la toile a vu se développer une nouvelle catégorie de travailleurs appelés «influenceurs». Qu’ils soient bloggeurs, instagrameurs, youtubeurs ou tiktokeurs, tous ont appris à s’adapter à l’évolution de notre société plus numérique que jamais. Tu aimerais te lancer le défi d’être à ton tour influenceur et tu te questionnes sur le statut professionnel ? Tu es simplement curieux d’en savoir un peu plus sur ce job ? Tu es pile au bon endroit !

Qui sont-ils ?

Bien souvent simples «lambdas» à leurs débuts, les influenceurs sont des pros de la création de contenu en continu. En plus de cela, ils maintiennent une relation de confiance avec leurs abonnés, qui se retrouvent en eux et boivent leurs paroles.

Les entreprises l’ont très bien compris elles-aussi et se tournent à présent vers ce marketing d’influence pour rendre indispensable leur marchandise en les promouvant, auprès d’un public ciblé, à travers les posts sponsorisés (ou non) de ces personnes influentes sur le web.

Statut indépendant

En te lançant en tant qu’influenceur, tu seras sous le statut d’indépendant. Tu devras donc réaliser un certain nombre de démarches, à savoir : ouvrir un compte à vue professionnel, t’inscrire à la Banque-Carrefour des Entreprises, obtenir un numéro de TVA et t’affilier à l’INASTI.

Sois vigilent au fait qu’il te faudra payer chaque trimestre une certaine somme d’argent appelée cotisations sociales. Tu dois donc gagner suffisamment d’argent pour pouvoir maintenir cette activité à flot. De nombreuses aides sont cependant fournies aux jeunes indépendants.

Mineur et influenceur

Pour avoir le statut d’indépendant, il te faut nécessairement être majeur. La loi est d’ailleurs très stricte concernant le travail des mineurs et malheureusement, la question du statut des mineurs influenceurs n’a pas encore été réglée légalement en Belgique. Tu peux toutefois essayer de demander une dérogation au Contrôle des Lois Sociales si tu te trouves dans cette situation mais cela ne te confèrera pas un statut pour autant. Si tu obtiens cette dérogation, sache que tes revenus ne peuvent pas dépasser un certain montant et que tu devras déclarer ces revenus comme tout autre travailleur.

Il existe un cas dans lequel tu peux être considéré comme majeur sans l’être : si tu es émancipé. Dans ce cas, tu peux donc avoir accès au statut d’indépendant.

Revenus

Il est difficile de savoir exactement combien tu peux gagner en tant qu’influenceur. Tout dépend bien sûr de ta notoriété, et cela peut en conséquence atteindre des sommes assez impressionnantes pour les plus connus !

Pour te donner un exemple, les influenceurs ayant plus d’une centaine de milliers de followers peuvent gagner pour chaque post entre 400 et 600 €. Mais en règle générale, un contrat peut te rapporter environ entre 150 et 200 €.

Règles à respecter

Ce n’est pas tout de parler de sa vie et de présenter des produits, les influenceurs doivent également respecter certaines règles qui se retrouvent dans les «recommandations du Conseil de la Publicité en matière d’influenceurs en ligne».

Ces recommandations ne s’imposent que lorsqu’il s’agit de «marketing d’influence». Pour cela, deux conditions doivent être remplies :

  • Une contrepartie doit exister, qui peut être en argent ou en nature (don d’un produit pendant une certaine période, invitation à participer à un voyage,…) ;
  • L’annonceur doit exercer un contrôle sur l’influenceur. Cela signifie que ce dernier ne peut être totalement libre quant au message qu’il transmet à ses abonnés sur le produit qu’il présente. À partir du moment où la marque doit donner son approbation sur ce message ou qu’elle rédige elle-même celui-ci, la communication sera dite «commerciale».

Par exemple : une youtubeuse passionnée par les produits de beauté reçoit un échantillon gratuit de mascara. Elle le teste et poste une vidéo d’elle. Doit-elle respecter les recommandations ? Non si elle souhaite simplement partager son expérience personnelle tout en restant libre du message qu’elle communique à ses followers. Il en ira différemment s’il existe un accord avec la marque et que celle-ci lui impose de ne faire que des commentaires positifs.

Transparence vis-à-vis des abonnés

Lorsqu’il procède à la promotion d’un produit, l’influenceur doit préciser à ses abonnés qu’il s’agit de communications commerciales. Il doit le faire d’une manière suffisamment compréhensible pour ses abonnés et doit en outre leur donner des informations correctes.

Attention, si l’influenceur se présente comme un simple consommateur alors qu’il agit dans le cadre d’une activité professionnelle et qu’il ne précise pas qu’il s’agit d’une communication commerciale, il est susceptible d’être sanctionné par la justice.

Sources

LexGo.be
Site du Jury d’Ethique Publicitaire

Affaire Marvel Fitness : qu’est-ce que le cyberharcèlement “de meute” et comment le reconnaître ?

L’affaire fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux. Pour la première fois, un youtubeur a été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme, pour “cyberharcèlement de meute” sur 9 personnes.

Sourced through Scoop.it from: www.rtbf.be

On parle de cyberharcèlement “de meute” ou de “raid numérique” lorsqu’une communauté d’individus s’en prend à une seule personne. Cette pratique est condamnée par la loi française mais ce n’est pas encore le cas chez nous. Le cyberharcèlement est toutefois reconnu par la loi belge.    

#cyberharcelement, #harcelement, #numerique, #reseaux-sociaux

Après l’ère des pseudo “fake news”, bienvenue dans celle du “deepfake”

Alors que la chasse aux “fake news” alias infox, était devenue la nouvelle occupation des médias de grands chemins, un nouveau phénomène commence à émerger sur internet. Encore plus “fake” que les “fake news”, les “deepfake” apparaissent désormais en s’appuyant sur l’intelligence artificielle.

Sourced through Scoop.it from: www.ojim.fr

Qu’entend-on par “deepfake” ? “Le terme de “deepfake”, “hypertrucage” en français, a été créé pour désigner essentiellement des techniques de manipulation de l’image par l’intelligence artificielle pour créer des fausses vidéos. Par exemple, à partir d’une image d’un individu, une intelligence artificielle crée une mini vidéo qui donne l’impression que cette personne parle”.

#fake-news, #intelligence-artificielle, #numerique, #technologie, #tic